dimanche 28 octobre 2018

Faut-il se méfier du naturel?





Il y a six ans, presque jour pour jour, débutait ma transition vers le naturel.
Perdue au début, cherchant des conseils sur internet, je ne pensais pas que mon parcours vers un mode de vie dénué de pétrochimie serait semé d'embûches.

Car oui, le naturel peut nous tendre quelques pièges dont je voulais vous faire part, non pas pour vous décourager mais plutôt pour vous dire qu'une personne avertie en vaut deux.


Naturel ne veut pas dire bio!


Beaucoup de gens font souvent l'amalgame entre bio et naturel pourtant les deux ne se valent pas.


Un produit bio indique que les ingrédients qui le compose sont issus de l'agriculture biologique (l'équilibre de la nature est respecté, l'utilisation des produits chimiques comme les OGM et les pesticides sont interdits), que le mode de fabrication est également respectueux de l'environnement mais surtout les produits bio possèdent un label bio, ces labels répondent à une charte dont certains ingrédients sont bannis. La charte indique aussi la quantité d’ingrédients naturels à respecter.


Un produit naturel est brute, il provient tout droit de la nature (animal, végétal, minéral). Les ingrédients peuvent être transformés par action mécanique (broyage, vapeur,...). Ce type de transformation n’altère en aucun cas la qualité du produit, il garde les mêmes actifs et les mêmes  bienfaits.
Il faut savoir que les labels ne sont pas obligatoires sur les produits naturels.

label bio
Label bio

A ne pas confondre avec la mention "d'origine naturel", un produit d'origine naturel peut être transformé chimiquement. La transformation dénature le produit, il n'est plus aussi performant.
Prenons le cas des huiles hydrogénées produites au départ avec des huiles végétales. Les huiles hydrogénées sont obtenues après distillation de pétrole avant d’êtres raffinées encore et encore. On retrouve des huiles hydrogénées dans les huiles pour moteur, les colles, les bonbons et les cosmétiques.
Elles n'ont aucun bienfaits si ce n'est d’être peu coûteuses et stables (ne rancissent pas).
Les huiles hydrogénées agissent comme les silicones, elles sont toujours comédogènes et assèchent la peau une fois l’arrêt de son application sur la peau.


Le greenwashing en puissance


Ennemi numéro un du naturel, le greenwashing.
Cette façon des industries conventionnelles de maquiller un produit chimique aux ingrédients toxiques en un produit bio ou naturel.
Le consommateur pense qu'il achète un produit sûr, bon pour la santé car il lira sur le packaging les mots "nature", "sans parabens", "pur" alors ce que c'est plutôt le contraire.
Les marques savent comment soigner leurs packagings afin de nous tromper sur les ingrédients dits naturels.


Comment éviter le greenwashing?


greenwashing exemple

Ne prenez pas en compte le packaging


Un faux produit naturel est remarquable par:

⇝ Des motifs rappelant la nature avec des feuilles, des fleurs, des fruit, des arbres.

⇝ Des mots accrocheurs tels que "nature", "naturel", "pure", "écologie", "végétal", "sans silicones", "sans parabens", ...

⇝ Des phrases toutes faites du style "découvrez notre nouvelle formule enrichie en huiles bio, votre peau mérite ce qu'il y à de mieux".
Les mots "formule", "enrichie", "votre peau mérite ce qu'il y à de mieux","bio" trouvent écho en nous, on pense que la recette est respectueuse de notre peau.

⇝ Des couleurs qui rappellent la nature: le vert, le blanc, le brun, le jaune..

Et voila on se retrouve face à un produit purement marketing.


Ne vous attardez pas sur les faux labels et les fausses appellations


Parfaitement imité, les faux labels sont petits, généralement verts et ovales, ce qui fait que l'on peut facilement les confondre avec un vrai label bio.

faux labels greenwashing
Faux labels greenwashing


Les appellations "sans colorants, "sans parfums", "sans ci"," sans ça", "95% d'origine naturelle" ne veulent strictement rien dire, elles sont justes sensées rassurer tromper le consommateur.

Lisez la composition INCI


Rien ne vous empêche d'analyser la composition, au pire, vous pouvez prendre la composition en photo pour l'analyser sur la vérité des cosmétiques ou Zenziscope.
Il existe des applications (INCI Beauty, Yuka, Clean Beauty) mais personnellement je ne les trouve pas fiables, certains ingrédients nocifs passent à la trappe et sont validés par ces appli comme bons pour la santé et l'environnement.

Des livres sont également sur le marché, la version papier du site la Vérité sur les Cosmétiques est en vente.


Comment lire la liste INCI?


Je ne vais pas vous mentir, décrypter la composition de certains produits peut se révéler fastidieux.
La liste INCI (International Nomenclature of Cosmetics Ingredients) indique tous les ingrédients présents dans le produit final. C'est écrit dans l'ordre décroissant, l'ingrédient présent en grande quantité sera écrit en premier.

Retenez que sur la composition d'un cosmétique bio, un extrait naturel doit être indiqué comme ceci:
1. Le nom botanique de la plante, inscrit en latin.
2. Ainsi que la partie de la plante utilisée, écrit en anglais.
3. En plus du produit dérivé utilisé, également écrit en anglais.

Par exemple: Adansonia Digitata Seed Oil ( Huile d'Amande Douce).
                                  1                     2     3

La partie de la plante utilisée peut être: des graines (seed), des feuilles (leaf), des fleurs (flowers), des fruits (fruit).
Le dérivé de la plante utilisé peut être: de l'hydrolat (water), de l'huile essentielle (essential oil), un extrait de la plante (extract) ou du beurre (butter).

Eau ou hydrolat  = ??? water parfois ??? water distilate  par exemple Calendula Officinalis Water
Extrait de pante = ??? extract par exemple Chondrus Crispus Extract
Huile végétale ou huile essentielle = ??? oil par exemple Cocos Nucifera Oil
Beurre végétal = ??? butter par exemple Butyrospermum Parkii Butter
Cire = ??? wax par exemple Copernicia Cerifera Wax 

Si le produit analysé contient en grande majorité ces ingrédients, il y a de fortes chance qu'il soit bio.


greenwashing


En revanche si vous trouvez ce type d'ingrédients dans la composition (voir ci-dessous), reposez le produit, il n'est pas du tout clean.

⇝ Des silicones
Dimethicone, amodimethicone, dimethiconol, cyclopenthasiloxane, cyclohexasiloxane, ils se finissent par -icone ou -siloxane. Ils polluent l'environnement, bouchent les pores de la peau et étouffent les cheveux.

⇝ Des tensioactifs agressifs
Sodium lauryl sulfate, sodium laureth sulfate, ammonium lauryl sulfate, ammonium laureth sulfate.
Ils finissent par -sulfate. Ce genre de tensioactifs sont irritants pour la peau et pour le cuir chevelu.

⇝ Des conservateurs chimiques
Propylparaben, methylparaben, ethylparaben, ils se terminent par -paraben.
Methylisothiazolinone, methylchloroisothiazolinone, butylphenyl methylpropional, hexyl cinnamal. Ils se terminent par -linone par -none ou par -mal. Les conservateurs sont dangereux pour la santé et l’environnent. Certains sont même reconnus comme perturbateurs endocriniens.

⇝  Des quats
Behentrimonium chloride, behentrimonium methosulfate, cetrimonium chloride, guar hydroxypropyl trimonium chloride, ils finissent par -monium chloride, par -methosulfate ou par -propyldimethylamine. Ils agissent comme les silicones et sont tout aussi néfastes.

⇝ Des huiles minérales
 Paraffin, petroleum wax, mineral oil, crystalline wax, paraffium liquidum, petroleum jelly, petrolatum. Elles finissent par -ine ou -um. Elles polluent et sont très toxiques en plus d’être occlusives.


⇝ Des PEG et les huiles hydrogénées
Ceteareth-12, Ceteareth-20, Laureth-10, Laureth-16, PEG 150 distearate, PEG-2 hydrogenated castor oil, PEG-32 stearate. Le premier mot se terminent par -eth suivi d'un chiffre ou commencent par PEG ou par PPG toujours suivi d'un chiffre. Les huiles hydrogénées sont reconnaissables par leurs suffixes qui se terminent par hydrogenated.


N’hésitez pas à lire cet article sur UFC que choisir, il regroupe les molécules à éviter dans les cosmétiques.


Et c'est généralement à ce moment là que vous vous dites qu'Yves Rocher, Botanicals, Nectar of Nature, Timotei, Herbal Essence, Lush, The Body Shop... et bien c'est du pur greenwashing.

C'est en lisant les listes INCI qu'on ne se fera plus avoir par le greenwashing.
Il faut rester vigilent(e) face à cette méthode trompeuse surtout depuis que la norme ISO 16128 est entrée en vigueur.
La norme ISO 16128 permet à des produits bourrés de silicones, de pétrole de se "revendiquer naturel" on pense donc acheter un produit de qualité alors qu'il n'en n'est rien.


C'est bon, c'est naturel!


Qui n'a jamais dit "c'est bon, c'est naturel" me lance la première pierre, moi aussi, j'ai déjà lancé cette phrase pour encourager une transition vers le naturel.
Pourtant ce n'est pas tout à fait correct, tout n'est pas bon dans le naturel.

Regardez les plantes dans les prés, certaines sont très dangereuses. La Mandragore, La Belladone, Le Muguet, La Ciguë, pour ne citer qu'elles, sont certes magnifiques mais mortelles.
Rappelons que la plupart des poisons sont naturels, vous allez dire que je vais chercher loin mais il suffit de regarder l'Arnica, si elle est ingérée cette plante vous empoisonne.
La Ricine aussi peut tuer mais elle sert également à embellir les cheveux par son huile.

plantes toxiques
En haut à gauche la Mandragore, en haut à droite la Belladone
En bas à gauche le Muguet, et en bas à gauche la Ciguë.


Les huiles essentielles, souvent conseillées en cosmétiques maison, sont aussi à prendre avec précaution.
Parmi elles, plusieurs sont allergisantes, dermocaustiques (provoquent des irritations), photosensibilisantes (provoquent des taches si on s'expose au soleil après application).
Le citron, la cannelle, le bicarbonate de soude, la soude caustique sont également à manipuler avec prudence.

Faire ses cosmétiques maisons peut aussi poser plusieurs questions comme la conservation, les risques allergiques, le surdosage d'un ingrédient, une mauvaise synergie entre les ingrédients.
On reproduit parfois des recettes sans l'avoir testée au préalable dans le pli du coude, sans savoir si notre peau va aimer ou pas.



Il faut aussi penser au choix des matières premières, la provenance, la qualité, l’éthique de la marque, le mode de fabrication.
N'hésitez pas à vous renseigner auprès des petits fabricants, leurs produits sont souvent de très bonne qualité et éthiques.

Sachez que la cosmétique naturelle subit les désagréments du marketing.
Certains magasins en ligne nous proposent des recettes avec beaucoup d'ingrédients, ils nous invitent à acheter leur dernière huile miracle dite plus puissante, plus efficace qu'une autre.
On achète parfois des matières premières dont nous n'avons pas forcément besoin, les ingrédients s'accumulent sur les étagères au point de se périmer. C'est de l'argent jeté par les fenêtres. Pas besoin d'acheter 200ml d'huile si nous n'avons besoin que de 10ml.
Vous n’êtes pas obligé d'avoir 15 huiles végétales, 10 huiles essentielles hors de prix, des argiles de toutes les couleurs.
Optez pour des ingrédients multi-tâches qui peuvent convenir pour les cheveux, la visage et le corps comme le gel d'aloé vera, l'huile d'argan par exemple.

Gardez les mêmes habitudes qu'auparavant, si vous n'utilisiez pas de crème pour le corps avant, pourquoi subitement vouloir en faire une à tout prix?

La cosmétique homemade prône le retour à la nature, à la simplicité, on fabrique ce dont nous avons réellement besoin, selon nos exigences, notre éthique, notre mode de vie.
Pourquoi vouloir remettre cela en question?


La cosmétique maison c'est bien, je ne vais pas vous dire le contraire, mais le faire en toute connaissance de cause et précautionneusement c'est mieux.


Et vous que pensez-vous du naturel?








Cet article vous a plu? Partagez-le

2 commentaires:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Me suivre sur Instagram